La médiation familiale au secours des conflits parents/ados

La médiation familiale au secours des conflits parents/ados

« J’en ai marre », « Laisse-moi tranquille », « Tu ne comprends rien », autant de phrases qui résonnent à l’oreille de tous – ou presque tous –  les parents d’adolescents. Cette période de l’adolescence, au cours de laquelle l’enfant devient adulte par un processus de développement physiologique et psychologique provoque très souvent des tensions dans les familles. Ces tensions aboutissent souvent sur ce que l’on appelle communément  « la crise d’adolescence ».

Or, ce que l’on oublie souvent, c’est qu’à chaque âge peut correspondre une « crise ». Ces crises, quels que soient les noms que nous leur donnons, sont avant tout des crises de relation : relation à son parent, à son conjoint, à son employeur… Elles correspondent aussi à une phase de transition, à un bouleversement qui, parmi d’autres, jalonne notre vie.

Ainsi, bien souvent, à la période de l’adolescence, le parent et son enfant se trouvent dans une crise de relation.

L’adolescent, qui est en pleine phase de construction identitaire, est en proie à des sentiments contradictoires : il revendique son indépendance et son autonomie tout en ayant encore besoin d’un soutien et d’un cadre sécurisant pour se construire en tant qu’adulte.

Les parents se retrouvent alors désemparés ou en colère devant ces nouvelles revendications qui remettent en cause leurs représentations, souvent basées sur leur propre adolescence, et les projections qu’ils ont pu faire sur leur enfant.

Le conflit familial vient alors s’ajouter au conflit interne de l’adolescent : le dialogue devient difficile, voire impossible, la relation se distend et l’incompréhension domine.

La médiation familiale peut alors être une grande ressource pour ces parents et ces adolescents : elle offre un espace d’expression à l’adolescent mais aussi un soutien à la parentalité par le réajustement des places, celle de l’adolescent, qui reste un  enfant soumis à l’autorité parentale et celle du parent, responsable de cet enfant.

Le médiateur familial va accompagner les parents et les adolescents à appréhender différemment le conflit : il les invite à décrire leur vision de la situation – leur cadre de référence – et à exprimer leurs ressentis, leurs besoins et leurs attentes. Il propose un cadre neutre et rassurant qui va permettre à chacun de s’exprimer en toute sécurité et sans aucun jugement. Le médiateur est garant d’un temps de parole équilibré, de telle sorte que l’adolescent ressentira que ses paroles sont toutes aussi importantes que celles de l’adulte.

Le médiateur écoute, reformule, clarifie de manière à ce que chacun « entende » les paroles de l’autre. Il identifie les difficultés, les failles mais surtout s’appuie sur les forces de chacun. Il les accompagne à se déplacer du cœur de leur conflit vers les besoins et les attentes sous-jacents de l’un et de l’autre. Peu à peu, leurs croyances respectives vont bouger de telle sorte qu’elles pourront être entendues, et permettre ainsi l’« intercompréhension » des personnes (voir ci-dessous), passage inéluctable pour apaiser le conflit.

Prenons ainsi un exemple de conflit léger mais relativement fréquent : Un parent ne veut pas laisser son adolescent aller à une soirée. Ce dernier ne comprend pas cette décision car il dit que tous ses amis y vont.

Le parent pense que son enfant est trop jeune pour sortir (sa croyance). Il a peur pour son enfant (ressenti). Il a besoin d’être rassuré (besoin). Il souhaite que son enfant n’aille pas à cette soirée (attente).

L’adolescent pense qu’il est normal d’aller à cette soirée car tous ses amis le font (croyance). Il trouve la situation injuste (ressenti). Il a besoin d’autonomie et de se sentir comme les autres (besoins). Il souhaite pouvoir aller à cette soirée (attente).

Le médiateur familial va se concentrer sur les besoins de chacun : besoin de sécurité pour le parent et besoin de liberté pour l’adolescent et il va les accompagner à développer les besoins exprimés (la peur pour l’adulte, le besoin sous-jacent d’autonomie et d’appartenance au groupe pour l’adolescent) pour aboutir à une « intercompréhension » de ces besoins : je comprends qu’en tant que parent tu puisses être inquiet et moi parent je comprends qu’il est important pour toi de prendre de l’autonomie et de ne pas te sentir exclu par rapport à tes amis. Cette intercompréhension des besoins va permettre de travailler ensuite sur les attentes de chacun, c’est-à-dire les stratégies envisagées pour répondre à ces besoins.

Le médiateur va ainsi accompagner le parent et l’adolescent à regarder sur la colline de l’autre et ainsi, pas à pas, à faire bouger leurs croyances et à finalement reconnaitre les attentes de l’autre.

Cette intercompréhension et cette reconnaissance mutuelle sont essentielles au dépassement de la crise et vont contribuer à apaiser les relations : je comprends ta frustration, tu comprends mon inquiétude, que pouvons-nous faire pour y remédier ?

Le médiateur familial n’est pas là pour proposer et trouver les solutions, il offre un cadre, le sécurise mais laisse toute la place aux personnes pour être pleinement acteurs de leur histoire, ce sont elles qui façonnent leur chemin. Le médiateur est là pour faire émerger chez l’un et chez l’autre les possibilités qui s’offrent à eux pour apaiser le conflit. Ainsi des règles de vie, des accords pourront être trouvés, pris et expérimentés, permettant de redonner à chacun confiance en leur pouvoir d’être capable de gérer et d’apaiser leur conflit.

La médiation familiale sollicite donc l’autonomie et la créativité des personnes. L’adolescent prend une part active à la discussion et contribue à la recherche de solutions mutuellement acceptables. Il se sent écouté et respecté par le médiateur puis par son ou ses parents, son besoin fondamental de reconnaissance est ainsi conforté. Le parent, lui, se sent soutenu dans son rôle de parent par le réajustement des places et la capacité à participer avec son enfant aux décisions qui les concernent.

Enfin, la médiation familiale est un processus court (d’une  à cinq séances en général), et concret qui travaille le conflit au présent. Autant d’atouts qui rende ce mode de résolution des conflits particulièrement adapté à des adolescents, généralement pressés et ancrés dans l’instant présent.

Pour en savoir plus : www.lamediationpourtous.com

cordelia de montmort
cdm@lamediationpourtous.com


Nous contacter
close slider



    Médiation familialeMédiation immobilièreMédiation d'entrepriseMédiation en milieu scolaire